Mots-clés |
  • océanographie,
  • océan,
  • mer,
  • ile,
  • seychelles,
  • poisson,
  • Réchauffement climatique
Les îles, paradis à préserver

Les îles… Ces poussières de terre éparpillées dans l’immensité de l’océan font rêver depuis toujours. Dans l’imaginaire collectif, elles sont synonymes d’aventure, de liberté, de solitude… Mais pour leurs habitants, la réalité est parfois tout autre.

Page 7 / 9 - Les îles sentinelles : menaces et solutions Sommaire
PDF
Philippe Vallette Directeur général Nausicaa

Les îles cernées par l’océan sont très exposées aux impacts du réchauffement climatique. La montée des eaux, la multiplication de très fortes tempêtes, les marées géantes menacent l’intégrité du territoire des États insulaires, mais aussi leurs ressources en eau et en terres agricoles, leur économie et leurs cultures. Les îles sont de parfaits laboratoires pour suivre l’impact des changements globaux sur la biodiversité. Elles sont des sentinelles, des gardiennes de notre planète tout entière.

L’archipel des Maldives est très vulnérable face à la montée des eaux. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite
L’archipel des Maldives est très vulnérable face à la montée des eaux. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite

Sans bases arrière, cernés par l’océan, certains habitants des îles craignent de devoir quitter leur pays inondé, ou devenu inhabitable.

« Le changement climatique affecte tous les pays de la planète à des degrés divers. Cependant, il est ironique de constater que les pays les plus petits et les plus pauvres, qui contribuent le moins à l’effet de serre, sont en train de payer le prix ultime, afin que les modes de vie et le développement de certains pays soient maintenus. » Anote Tong - Président de Kiribati - 5e Conférence globale sur les océans – Paris, 6 mai 2010.

Les îles - par leur taille réduite - ressentent rapidementl'impact des modifications environnementales. ©  Alexis Rosenfeld, reproduction interdite
Les îles - par leur taille réduite - ressentent rapidement
l'impact des modifications environnementales. ©  Alexis Rosenfeld, reproduction interdite

La montée des eaux : une menace multiple

Beaucoup d’îles coralliennes comme les îles Marshall, les îles au large de la Papouasie, Tokelau, les atolls de Polynésie ou Kiribati culminent à quelques mètres à peine au-dessus de la mer. Elles sont menacées par la montée des eaux qui a atteint 10 à 20 centimètres en un siècle. Ce phénomène lié au réchauffement climatique pourrait submerger une partie des terres et accentuer l’érosion des côtes. Le réchauffement du climat a aussi pour conséquence une augmentation des tempêtes les plus violentes – ouragans, cyclones – qui provoquent des inondations et des destructions catastrophiques pour les Hommes. Chaque année, les îles des Caraïbes sont frappées de plein fouet par les ouragans. On dénombre en moyenne 8 ouragans par an dans l'Atlantique nord (année record : 2005 avec 22 ouragans).

La perte de réserves d’eau douces et de terres fertiles suite à l’invasion d’eau salée est un phénomène déjà constaté dans de nombreux États insulaires comme Kiribati, Tuvalu ou les Maldives où des nappes phréatiques sont envahies par l’eau de mer. Des marées géantes balayent de plus en plus souvent le littoral, déposant du sel qui laisse les sols infertiles. D’autre part, le réchauffement bouleverse les équilibres écologiques et menace la biodiversité marine et terrestre. Les espèces sont affectées par les modifications de l’environnement et celles qui sont incapables de s’adapter se déplacent ou disparaissent…

La pêche et l’agriculture subissent les conséquences de ces phénomènes. Les populations insulaires les plus touchées vont peut-être devoir être déplacées sur le continent. Tuvalu, 26 km2 d’atolls (en plein océan Pacifique) qui culminent à 4,5 mètres environ, est déjà touché par l’exode. Dix mille habitants peuplent ces terres soumises aux marées et à l’érosion des terres. Le pays pourrait devenir inhabitable d’ici 2050. Plus de 3.000 Tuvaluans vivent déjà en Nouvelle-Zélande où ils veulent maintenir leur culture et leur identité vivantes.

Maisons construites sur une île artificielle aux Seychelles. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite
Maisons construites sur une île artificielle aux Seychelles. © Alexis Rosenfeld, reproduction interdite

Les initiatives pour préserver l'environnement insulaire

Un autre État très menacé par l’impact du réchauffement est la République des Maldives. Pour alerter l’opinion, le conseil des ministres d’octobre 2009 s’est tenu en plongée, autour d’une table installée sous l’eau à 6 mètres de profondeur ! En combinaison et équipés de bouteilles, le président Mohamed Nasheed et une dizaine de ministres ont signé une résolution appelant à la réduction des émissions de CO2 au niveau mondial.

Les insulaires luttent contre ces bouleversements de l’environnement en protégeant leurs côtes, en adoptant un habitat adapté, en développant une meilleure gestion de l’eau et des sols. Face au changement climatique et aux enjeux environnementaux, ils sont les pionniers d’une meilleure gestion et préservation de notre planète.

Aux Maldives, où deux îles artificielles surélevées protégées par des digues ont été construites pour gagner des terres sur la mer, des mesures ont été prises pour protéger les terres. Les récifs coralliens qui forment un rempart sur la côte contre l’assaut des vagues sont préservés et des élevages de coraux renforcent cette protection naturelle. L’éducation à l’environnement se généralise. Une taxe payée par les touristes finance ces programmes d’adaptation au réchauffement climatique.

Poulpe géant. © iStock Photo, reproduction interdite
Poulpe géant. © iStock Photo, reproduction interdite

En Polynésie, la création de parcs marins ou d’aires marines protégées contribue à préserver la bonne santé des écosystèmes marins le long des côtes. À Kiribati et aux îles Samoa, des programmes de replantation des mangroves sont mis en place. Mais ces mesures doivent s’accompagner d’une prise de conscience mondiale. Si les insulaires peuvent inspirer les habitants du monde entier par la mise en place de solutions dont nous allons tous avoir besoin, un changement de nos sociétés et de nos modes de vie dans les pays les plus riches sera nécessaire pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Comme le dit Dessima Williams, présidente de l’AOSIS, Alliance des petits États insulaires : « Nous dans les îles, si nous sommes menacés, tout le monde est menacé, si nous sommes forts, tout le monde est fort. »

Les îles, paradis à préserver - 4 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires