Mots-clés |
  • océanographie,
  • Ifremer,
  • houle

En bref : les vagues de la tempête Quirin battent un record du monde

La tempête Quirin qui a sévi en 2011 dans l’Atlantique nord refait parler d’elle. Ses vagues ont en effet affiché une hauteur significative de 20,1 m, ce qui représente un nouveau record du monde. Selon des estimations, l’une d’entre elles aurait même eu la taille d’un immeuble de 12 étages. 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les vagues les plus fortes s’observent dans les tempêtes et non dans les ouragans. © Titanet, Flickr, cc by nc nd 2.0 Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les vagues les plus fortes s’observent dans les tempêtes et non dans les ouragans. © Titanet, Flickr, cc by nc nd 2.0

En bref : les vagues de la tempête Quirin battent un record du monde - 1 Photo

PDF

La tempête Quirin a battu un nouveau record du monde dans l’Atlantique nord le 14 février 2011. La hauteur significative de ses vagues (il s’agit d’une moyenne) a en effet atteint 20,1 m. Ce chiffre repose sur l’analyse de données récoltées par un altimètre radar embarqué à bord du satellite Jason-2. L’information a été publiée en décembre dernier par une équipe de l’Ifremer, en collaboration avec d’autres organismes internationaux, dans la revue Bulletin of American Meteorological Society.


Le 16 février 2011, le Français Benjamin Sanchis a surfé sur une vague de 18 m qui a pris naissance sur le haut-fond de Belharra, au large de Socoa dans les Pyrénées-Atlantiques. Cet exploit n'aurait pas été possible sans la tempête Quirin. © Billabong XXL, YouTube

L’altimétrie par satellite ne permet pas de mesurer la hauteur des vagues une par une. En revanche, certains outils statistiques permettent d’émettre quelques hypothèses. Ainsi, la plus grande vague de la tempête Quirin aurait dépassé 36 m, soit la hauteur d’un immeuble de 12 étages ! D’autres chiffres impressionnent. La tempête a en effet donné naissance à une houle marquée par une période, le temps séparant le passage de deux vagues successives, pouvant atteindre 25 s (mesure réalisée dans le nord de l’Irlande entre le 15 et le 16 février 2011). Or, une période de 18 s est déjà considérée comme exceptionnelle. 

Une houle aussi longue n’est pas sans conséquence sur le littoral. Le port de Royan a ainsi été touché par un phénomène de seiche (ou d’onde stationnaire) dans la nuit du 15 au 16 février 2011. Le piégeage d’une onde de surface dans un plan d’eau peut provoquer sa mise en oscillation, ce qui agite violemment les navires au risque de les endommager. Un autre record fut battu le 16 février : celui de la plus grosse vague surfée dans le monde. L’exploit réalisé par le Français Benjamin Sanchis fut récompensé par le prix Billabong XXL.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires