Mots-clés |
  • Environnement,
  • bateau

Remise à flot du Costa Concordia : il s'est déjà redressé !

L’épave du Costa Concordia est en train d’être redressée. L’objectif de l’opération est de remettre à flot le paquebot, échoué le 13 janvier 2012, pour qu’il soit enfin remorqué et démantelé au port de l’île de Giglio. Jamais une opération de cette ampleur n’avait été réalisée. Retour en détail sur cette mission à haut risque.

Le Costa Concordia est un paquebot de 290 m de long. L'opération pour le relever, par effet levier, est une entreprise titanesque. Ci-dessus, un montage de deux images satellite : le navire lors de l'opération de remise à flot le 17 septembre (à droite), et une vue plus large de son emplacement aux abords de la côte de l'île de Giglio en juillet 2013 (à gauche). © Astrium Geo Le Costa Concordia est un paquebot de 290 m de long. L'opération pour le relever, par effet levier, est une entreprise titanesque. Ci-dessus, un montage de deux images satellite : le navire lors de l'opération de remise à flot le 17 septembre (à droite), et une vue plus large de son emplacement aux abords de la côte de l'île de Giglio en juillet 2013 (à gauche). © Astrium Geo

Remise à flot du Costa Concordia : il s'est déjà redressé ! - 2 Photos

PDF

En début d'après-midi, le Costa Concordia s’était déjà redressé de près d’un mètre. L’opération a débuté à 9 h 00 ce matin, avec un peu de retard en raison d’une série d’orages qui se sont produits au lever du jour sur l’île de Giglio. La mission de redressement du gigantesque paquebot est sans précédent et devrait durer somme toute 12 h. Mais déjà, vers 11 h ce matin, on pouvait apercevoir la rouille de l’épave, tout juste émergée de l’eau de mer.

Au large du sud de la Toscane, une équipe de 500 ingénieurs est réunie pour cette étonnante opération. Si l’on en croit Marcello Luschi, ingénieur de l’observatoire de l’environnement, la phase critique de détachement des rochers serait passée. La rotation du navire devrait donc dès lors s’accélérer. D’ici quelques heures, le paquebot de 290 m de long et 114.500 t devrait être redressé et tracté jusqu’au port italien, où il sera démantelé.

L’opération de redressement la plus périlleuse jamais réalisée

L’opération de rotation du bateau est dénommée « parbuckling », et consiste en une sorte d’effet levier. Et le navire étant situé à proximité des côtes rocheuses, son déroulement est plus que délicat. Des centaines de plongeurs se sont afférés des mois durant à construire le dispositif de redressement. Une plateforme de soutien a été construite sur des piliers d’ancrage de deux mètres de long, fixés à neuf mètres de profondeur, sur le fond rocheux. Quelque 48 câbles de maintien de 26 t ont été placés tout le long du bateau, et le coup de maître de cette mission réside dans la mise en place des caissons.

Les étapes du parbuckling du Costa Concordia, échoué à proximité de l'île de Giglio, au sud de la Toscane en Italie.
Les étapes du parbuckling du Costa Concordia, échoué à proximité de l'île de Giglio, au sud de la Toscane en Italie. © Idé

Actuellement, un caisson empli d’eau est fixé sur le flanc émergé du bateau, accroché par les chaînes de maintien. Grues et martinets hydrauliques tractent depuis ce matin ces chaînes, et le caisson ainsi disposé joue le rôle de levier. Lorsque le Costa Concordia sera complètement redressé, un caisson similaire sera fixé sur le flanc tout juste émergé. L’idée est d’équilibrer le paquebot, en disposant de part et d’autre du bateau la même force de gravité. Enfin, pour le remorquer, ces caissons seront vidés de leur eau. Le bateau devrait alors se mettre en flottaison, et quitter la plateforme de soutien pour être amené jusqu’au port.

La météo est clémente… pour l’instant !

Le Costa Concordia est entré en collision avec le récif de l’île de Giglio le 13 janvier 2012. Plus de 4.000 personnes étaient à bord. L’incident était si inattendu que l’évacuation a été plus que chaotique. Le naufrage a provoqué la mort de 32 personnes, dont deux qui n’ont jamais été retrouvées et pourraient bien être toujours dans le bateau. Il aura fallu attendre 20 mois pour que l’opération démarre. Le chantier a nécessité 30.000 t d’acier, a monopolisé 500 ingénieurs et a coûté 600 millions d’euros ! Le redressement du bateau ne pouvait plus attendre.

L’hiver 2012-2013 a sérieusement endommagé la structure du bateau. Corrosion et torsions induites par sa position couchée rendaient le navire très instable, et un hiver de plus l’aurait trop fragilisé pour envisager de le redresser. Actuellement, le temps est plutôt clément pour sa remise à flot. Mais la fenêtre météo est courte, les prévisions climatiques annoncent une levée de vent d’ouest à 65 km/h, qui devrait s’amplifier le mardi 17 septembre. S’il s’agit du renflouement de bateau le plus important jamais réalisé, il est à haut risque, et il n’y a pas le droit à l’erreur. Patience donc, le sauvetage n’est pas encore terminé. 


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires