Mots-clés |
  • développement durable,
  • méthane

Le solaire pour diminuer l'utilisation du gaz naturel dans les centrales

Les centrales alimentées au gaz naturel sont mises à mal en Europe, depuis que le prix du charbon a chuté. Voilà peut-être un projet qui pourra, d’ici 2020, relancer l’utilisation du gaz naturel. Le PNNL présente le prototype d’un système qui, en couplant le solaire au gaz naturel, réduit de 20 % la consommation de combustible fossile.

Le système est installé sur un miroir parabolique qui permet de concentrer les rayons solaires en un point. © Pacific Northwest National Laboratory Le système est installé sur un miroir parabolique qui permet de concentrer les rayons solaires en un point. © Pacific Northwest National Laboratory

Le solaire pour diminuer l'utilisation du gaz naturel dans les centrales - 2 Photos

PDF

Le 11 avril dernier, GDF Suez a stoppé trois centrales à gaz en France. Le prix du charbon a tellement chuté que la plupart des pays européens envisagent de plus en plus de laisser de côté le gaz naturel et le pétrole pour revenir au charbon. La dévaluation de ce combustible est due à l’exploitation des gaz de schiste aux États-Unis : devenant autosuffisants en énergie grâce à ce gaz, ils vendent à des prix imbattables leurs réserves de charbon.

Bien qu’il soit difficile de combattre le retour au charbon, nombre de laboratoires de recherche proposent des solutions innovantes pour réduire la consommation des combustibles fossiles dans les centrales. Le Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) a récemment présenté le prototype d’un système qui permettrait aux centrales au gaz naturel de consommer 20 % de combustible fossile en moins qu’aujourd’hui. « Notre système permettrait aux centrales d'utiliser moins de gaz naturel, pour finalement produire la même quantité d'électricité qu’actuellement », explique Bob Wegeng, l’ingénieur chargé du projet.

Le dispositif construit par le Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) concentre les rayons solaires pour utiliser leur énergie et transformer le gaz naturel en syngas (gaz de synthèse). © Pacific Northwest National Laboratory
Le dispositif construit par le Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) concentre les rayons solaires pour utiliser leur énergie et transformer le gaz naturel en syngas (gaz de synthèse). © Pacific Northwest National Laboratory

Le système utilise l’énergie solaire pour convertir le gaz naturel en un gaz de synthèse. Ce syngas produit contient de l’hydrogène et du monoxyde de carbone. Il est plus énergétique que le gaz naturel. Ainsi, la même quantité d’électricité pourrait être produite avec moins de gaz naturel. Dans les tests préliminaires, les scientifiques montrent que 63 % de l’énergie solaire a pu être convertie en énergie chimique. Celle-ci a transformé 90 % du gaz naturel en gaz de synthèse. Les chiffres publiés lors de la 9e Annual International Energy Conversion Engineering Conference (AIECEC) sont attrayants, mais ils concernent un prototype. Pour alimenter une centrale de 500 mégawatts, il faudrait 3.000 dispositifs de ce type.

Un miroir pour convertir le gaz naturel

Le prototype mesure 1,2 m de long et 60 cm de large. Pour qu’il soit efficace, l’énergie solaire doit être concentrée en un point. Un miroir parabolique dirige l’énergie solaire vers une chambre où elle est absorbée sous forme de chaleur. La lumière chauffe le gaz naturel qui circule dans les canaux du réacteur. Ces derniers contiennent un catalyseur qui permet de transformer le gaz naturel en gaz de synthèse.

L’échangeur de chaleur comprend des canaux plus étroits, à peine plus épais qu’un cheveu. Ils permettent de recycler la chaleur résiduelle de la réaction chimique qui transforme le gaz. En réutilisant cette chaleur, l’énergie solaire est employée plus efficacement. Le dispositif peut aussi contourner le système de conversion du gaz et utiliser directement le gaz naturel, de façon à pouvoir faire fonctionner la centrale en cas de temps nuageux.

Le système n’est encore qu’un prototype. L’objectif de l’équipe est de maintenir un coût global faible pour que d’ici 2020, les centrales utilisant ce dispositif ne dépassent pas les quatre centimes d’euro par kilowattheure. Elles seraient ainsi compétitives avec les centrales à charbon classiques.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires