Mots-clés |
  • développement durable,
  • zoologie

Des milliers d'oiseaux pris au piège entre le froid et les chasseurs

Dans un communiqué, que nous reproduisons ici, la Ligue de protection des oiseaux, met en garde contre ce qu'elle appelle un massacre : dans le nord de la France, des dizaines de milliers d'oiseaux, descendant vers le sud pour se nourrir, sont attendus par des chasseurs.

Une bernache à cou roux, espèce menacée. © Licence Creative Commons/www.all-free-photos.com Une bernache à cou roux, espèce menacée. © Licence Creative Commons/www.all-free-photos.com

Des milliers d'oiseaux pris au piège entre le froid et les chasseurs - 1 Photo

PDF

Depuis la fin du mois de novembre 2010, le continent européen, et notre pays en particulier, subissent les assauts d'un hiver précoce et particulièrement rigoureux. Depuis plus d'un mois, températures négatives et chutes de neige se combinent pour créer des conditions atmosphériques particulièrement rudes, dignes des hivers les plus froids du XXe siècle. Des dizaines de milliers d'oies, de canards et de limicoles qui hivernent habituellement aux Pays-Bas et en Belgique ont été forcés de reprendre leur migration et de s'aventurer en France.

Les oiseaux, déjà affaiblis par la difficulté à trouver les ressources alimentaires, sont chassés et dérangés nuit et jour. Près de 5.000 oies rieuses, 5.000 bernaches nonnettes, des dizaines de milliers de canards siffleurs et quelques bernaches à cou roux, espèce menacée à l'échelle mondiale, ont été observés sur le littoral de la Manche.

Malheureusement les chasseurs sont à l'affût et les observations sur le terrain montrent qu'un véritable carnage est en cours. La présence de près de 5.000 canards siffleurs condamnés à rester posés en mer face à Sangatte, car empêchés par les chasseurs de s'alimenter dans les polders en témoigne.

Dans le même temps les fédérations de chasse des départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et de la Seine-Maritime demandent la fermeture de la chasse aux alouettes, aux merles et grives et aux petits échassiers en oubliant les oies et les canards, au motif que les oiseaux qui arrivent chez nous sont en bonne condition physique !

Alors que l'on attend des températures glaciales pour dimanche et que les prévisions météorologiques annoncent la poursuite des conditions hivernales, la LPO demande la fermeture immédiate et totale de la chasse pour toute la durée de cet épisode météorologique sévère. Lors d'une rencontre avec Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux, a souligné cette nécessité, mais cette disposition n'a visiblement pas été prise.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires