Mots-clés |
  • développement durable

En image : effondrement dans la centrale nucléaire de Tchernobyl

Mardi 12 février, un bâtiment tout proche de la vieille enceinte de confinement du réacteur nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, s’est en partie écroulé. Il n’y aurait ni blessés ni fuite radioactive selon les autorités, mais le chantier de la nouvelle enceinte a été évacué.

Le bâtiment au toit partiellement effondré, vu de l'intérieur. Il n'est plus vraiment étanche. © SNRIU Le bâtiment au toit partiellement effondré, vu de l'intérieur. Il n'est plus vraiment étanche. © SNRIU

En image : effondrement dans la centrale nucléaire de Tchernobyl - 3 Photos

PDF

Une partie du toit (environ 600 m2), s’est écroulée dans ce qui reste du réacteur n° 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, entraînant dans sa chute un morceau de mur extérieur. L’accumulation de neige aurait provoqué cet effondrement, qui n’a pas fait de blessés.

D’après le communiqué du service de presse de la centrale nucléaire, le bâtiment touché est le « hall turbine », qui abritait l’installation de production d’électricité et qui a été détruit par l’explosion du 26 avril 1986. Il se trouve juste à côté du fameux sarcophage, construit au péril de leur vie par les « liquidateurs » juste après l’écroulement complet du bâtiment, entre mai et octobre 1986, et chargé de confiner les restes du réacteur 4 et de ce hall turbine.

Alourdi par la neige, un toit s'est effondré sur 600 m2, entraînant une partie d'un mur. Ce bâtiment surplombe les restes des turbines de la centrale nucléaire de Tchernobyl qui produisaient l'électricité, détruites par l'explosion d'avril 1986. Le sarcophage abritant le réacteur 4 s'appuie en partie sur ce bâtiment. © ChNPP
Alourdi par la neige, un toit s'est effondré sur 600 m2, entraînant une partie d'un mur. Ce bâtiment surplombe les restes des turbines de la centrale nucléaire de Tchernobyl qui produisaient l'électricité, détruites par l'explosion d'avril 1986. Le sarcophage abritant le réacteur 4 s'appuie en partie sur ce bâtiment. © ChNPP

Pas de fuite radioactive observée sur le site de Tchernobyl

Comme le montrent les images transmises par l’autorité ukrainienne de contrôle des installations nucléaires, le SNRC, c’est bien une partie de l’enceinte de confinement qui est désormais ouverte, mais le sarcophage lui-même n’a pas été touché. Le service de presse indique n’avoir observé « aucun changement de la situation radiologique ».

On peut raisonnablement avoir des inquiétudes au sujet de ce sarcophage. Cette construction sommaire en béton n’a jamais été que provisoire et s’est fissurée au fil des années. Elle n’est plus vraiment étanche, et un chantier pharaonique a débuté pour construire un immense hall de confinement constitué d’arches aux pieds séparés de 257 m, pour une longueur totale de 162 m. Ses arches métalliques en porteront la hauteur maximale à 108 m, et le bâtiment enfermera la totalité des installations du réacteur n° 4.

Vue aérienne du réacteur n° 4 et des installations annexes. L'ellipse rose indique la zone qui s'est écroulée. Au centre de l'image, le dessin d'une des arches en construction a été ajouté, montrant que le futur grand bâtiment, qui devrait être terminé en 2015, recouvrira l'ensemble du site. © SNRIU
Vue aérienne du réacteur n° 4 et des installations annexes. L'ellipse rose indique la zone qui s'est écroulée. Au centre de l'image, le dessin d'une des arches en construction a été ajouté, montrant que le futur grand bâtiment, qui devrait être terminé en 2015, recouvrira l'ensemble du site. © SNRIU

Les arches arrivent, mais un peu tard

Ces arches sont construites à 250 m des ruines du réacteur, et c’est ce chantier qui a été évacué aujourd’hui par précaution. Au journal Le Monde, un responsable de Bouygues (entreprise chargée de la construction, avec Vinci) explique que le chantier ne reprendra pas tout de suite et qu’il attend de recevoir l’assurance de la part des autorités ukrainiennes que « le reste de cette toiture ne risque pas de s'effondrer à son tour ».

La construction de cette nouvelle enceinte aurait dû démarrer en 2007, mais a pris du retard pour cause de recherche de financement, largement international. Les travaux n’ont finalement commencé qu’en 2010 et ne se termineront qu’en 2015. S’il avait débuté à l’heure, le chantier aurait été terminé en 2012…


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires