Mots-clés |
  • climatologie,
  • météorologie,
  • Réchauffement climatique

En vidéo : ARkStorm, la tempête qui pourrait ravager la Californie

Un jour, la Californie pourrait être submergée par les flots, selon un scénario qui s’est déjà produit à plusieurs reprises mais qui, aujourd’hui, aurait des conséquences bien plus lourdes. Pour bien le faire comprendre, des scientifiques ont réalisé un film montrant cette tempête géante, baptisée Arkstorm, censée survenir en avril 2011. Âmes sensibles s’abstenir.

Le logo de l'opération ARkStorm évoque l'Arche de Noé... © USGS

Le logo de l'opération ARkStorm évoque l'Arche de Noé... © USGS

PDF

Ils sont climatologues à l’US Geological Survey et ont réuni ce mois-ci des experts pour un sommet ARkStorm, du nom d’un scénario réalisé dans le cadre du projet Multi Hazards Demonstration (MHDP), destiné à évaluer les risques en tout genre, du séisme à l’ouragan. Entre 1861 et 1862, rappellent les scientifiques, la Californie a connu une succession de tempêtes dévastatrices et il semble bien que de tels événements s’étaient déjà présentés dans le passé. Les climatologues estiment qu’ils se produisent tous les 100 ou 200 ans, « ce qui met le niveau de risque au niveau de celui du séisme majeur qui pourrait être provoqué par la faille de San Andreas » a expliqué Lucy Jones, responsable de l’équipe au Daily Mail. Mais, pensent les climatologues, ces phénomènes deviendront plus fréquents à cause du réchauffement climatique.

On ignore l’origine des tempêtes exceptionnelles de l’hiver 1861-1862 mais on connaît les mécanismes qui apportent régulièrement de fortes pluies sur la côte ouest des États-Unis. Cette arrivée d’une forte humidité maritime est parfois qualifiée d’« ananas express ». Elle est due à des cyclones extratropicaux qui emportent l’air humide du Pacifique sur les côtes de l’Amérique du Nord. Cette circulation à grande échelle draine des courants atmosphériques très riches en eau, appelés rivières atmosphériques, atmospheric rivers, ou AR, en anglais.


Le film du scénario ARkStorm : l’eau monte, les inondations s’étendent et la facture s’alourdit. © USGS/dalecox1, Youtube

Inondations géantes

Les chercheurs ont simulé un phénomène analogue, qui amènerait, comme en 1861-1862, une succession de tempêtes sur la Californie. Pour frapper les imaginations, le scénario a été baptisé ARkStorm, avec AR pour rappeler l’origine météorologique du phénomène mais aussi pour évoquer l’Arche de Noé et donc le déluge biblique…

Ce scénario catastrophe décrit des murs d’eau de trois mètres, des pluviométries se mesurant « en pieds plutôt qu’en pouces » et des épisodes de pluie dépassant le mois. Des milliers de kilomètres carrés seraient submergés, noyant villes et campagnes, mettant à mal l’industrie et l’agriculture, et les inondations contraindraient des millions de personnes à quitter leurs maisons. Au final, la Californie serait à peu près dévastée et, chiffrant le coût des dégâts, l’équipe parvient à une évaluation étonnamment précise : 725 milliards de dollars (540 milliards d’euros), dont 400 pour les pertes directes et le reste à cause de l’arrêt de l’activité économique.

Le but du jeu est d’inciter les autorités et la population à prendre conscience de ce risque météorologique, sous-évalué, pensent les experts de l’US Geological Survey, alors que le risque sismique (bien réel lui aussi) occupe surtout les esprits.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires