Mots-clés |
  • climatologie,
  • méthane

Le réchauffement climatique passe-t-il à la vitesse supérieure ?

La fonte record des glaces du Groenland et le dégazage massif des dépôts de méthane autrefois congelé dans le sous-sol des côtes sibériennes indiquent que des changements importants sont en train de se produire en Arctique, risquant d’amplifier le réchauffement du climat mondial.

Représentation tridimensionnelle du taux de méthane atmosphérique selon la latitude et l’année. Source NOAA Représentation tridimensionnelle du taux de méthane atmosphérique selon la latitude et l’année. Source NOAA

Le réchauffement climatique passe-t-il à la vitesse supérieure ? - 2 Photos

PDF

Il y a quelques mois déjà, les scientifiques avaient constaté que les fonds marins de l’Arctique libéraient du méthane dans l’atmosphère, un gaz à effet de serre vingt fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Une nouvelle étude, présentée le 16 décembre 2008 à la conférence de l'Union américaine de géophysique à San Francisco, démontre que les estimations doivent être revues à la hausse.

« Il y a cinq ans, je n’étais pas certain que le phénomène soit très sérieux, mais à présent je suis sûr que quelque chose de grave est en cours et que nous devrions avertir les gens », s’alarme Igor Semiletov du International Arctic Research Center (IARC, université de l'Alaska, Fairbanks), chef scientifique d’une expédition océanographique le long du littoral sibérien l’été dernier.

Les analyses de l’eau indiquent des taux de méthane dissous jusqu’à 200 fois supérieurs à la normale, indiquant des dégagements significatifs qui n’avaient pas été mis en évidence durant les années 1990. Selon Igor Semiletov, cela démontre avec certitude que les dégagements de méthane sont en train de s’accroître dans des proportions importantes.

Les scientifiques estiment que la quantité de méthane stocké dans le pergélisol arctique sous forme de clathrates (des hydrates) serait supérieure aux réserves mondiales de charbon et représenterait douze fois la quantité actuellement présente dans l'atmosphère. Suite au réchauffement climatique, ce méthane se trouve maintenant au seuil de la fonte, et au niveau des côtes de la Sibérie, la température de l’air a augmenté de plus de 5 degrés durant la dernière décennie. « Nous ne nous étions pas rendu compte à quel point ce réservoir de méthane était vulnérable », confie Igor Semiletov.

Evolution globale du taux de méthane atmosphérique global de 2004 à 2008, tenant compte des saisons. Source NOAA
Evolution globale du taux de méthane atmosphérique global de 2004 à 2008, tenant compte des saisons. Source NOAA

La fonte se poursuit au Groenland

Les chercheurs ne disposent pas encore de suffisamment de données pour déterminer en quelle proportion cet hydrate de méthane qui s’échappe du plateau continental sibérien peut affecter le reste de la planète, selon Edward Brook, de l’université d’Etat d’Oregon. Dans un rapport rendu public au cours de la même conférence, le chercheur estime peu probable qu’un dégagement catastrophique de méthane se produise au cours de ce siècle, bien qu’il admette que le changement climatique accélérera le relâchement, et suggère une surveillance accrue du processus afin de prévenir toute modification brutale de la situation.

Tout comme en Sibérie, la calotte glaciaire du Groenland se réduit inexorablement. Alors qu’une année moyenne comprend de 10 à 15 jours de températures positives, donc de fonte, cette période s’est élevée à 35 jours en 2008. Les dernières évaluations basées sur des mesures effectuées au moyen d’un satellite météo militaire ont révélé que l’île perd maintenant plusieurs centaines de milliards de tonnes de glace par an.

Selon Julienne Stroeve, du National Snow and Ice Data Center de l’université du Colorado, cette observation confirme les prévisions antérieures, que d’aucuns trouvaient pourtant trop pessimistes…

Les modèles climatiques prévoient que l’Arctique devrait se réchauffer plus rapidement que le reste du globe, car la disparition de la glace de mer permet au rayonnement solaire de pénétrer les océans, accélérant encore la fonte.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires