Mots-clés |
  • climatologie,
  • changement climatique,
  • Réchauffement climatique

Evénements extrêmes de 2012 : le climat se dérègle-t-il ?

La fin du monde était annoncée pour décembre 2012. C’est raté, la planète continue de tourner, mais quand même, elle se souviendra de l’année 2012. D’un point de vue climatique, la Terre a été secouée, certaines régions du monde ont fait face à des événements extrêmes violents et inhabituels. Doit-on l’attribuer au changement climatique ? L’AMS fait le bilan.

L'année 2012 est la neuvième la plus chaude depuis 1850. Le climat n'aura pas été très clément : on a observé plus d'événements météo extrêmes que la moyenne, avec sécheresses et inondations intenses et inhabituels, activité cyclonique importante, fonte exceptionnelle de l'Arctique... © UNISDR Photo Gallery, Flickr, cc by nc nd 2.0 L'année 2012 est la neuvième la plus chaude depuis 1850. Le climat n'aura pas été très clément : on a observé plus d'événements météo extrêmes que la moyenne, avec sécheresses et inondations intenses et inhabituels, activité cyclonique importante, fonte exceptionnelle de l'Arctique... © UNISDR Photo Gallery, Flickr, cc by nc nd 2.0

Evénements extrêmes de 2012 : le climat se dérègle-t-il ? - 2 Photos

PDF

L’année 2012 s’inscrit comme la neuvième année la plus chaude depuis le début des relevés en 1850. Les douze années 2001 à 2012 comptent parmi les 13 les plus chaudes jamais observées, selon un rapport récent de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Si la fin du monde ne s’est pas produite en décembre 2012, comme le prédisaient certains, de janvier à décembre, notre planète a connu de nombreux événements météorologiques extrêmes. « Le climat se dérègle » est une phrase que l’on a beaucoup entendue en 2012. Mais peut-on réellement distinguer un réchauffement à grande échelle de la variabilité naturelle sur le climat ?

Les États-Unis ont subi une sécheresse extraordinaire au printemps ; l’Australie s’est trouvée sous les eaux tout l’hiver ; l’ouragan Sandy a ravagé la côte est des États-Unis ; Bopha fut le typhon le plus meurtrier et le plus violent en Indonésie ; l’Afrique de l’ouest ; le Japon et la Chine ont connu des inondations records ; la France n’a pas eu de printemps… La liste d’événements extrêmes est longue cette année, et beaucoup auraient tendance à attribuer cela au changement climatique anthropique. Dans son nouveau rapport, l’American Meteorological Society (AMS) dresse un bilan sur l’année. En compilant près d’une vingtaine d’études menées sur plus de dix événements extrêmes, elle estime que pour la moitié des événements, la part de l’Homme est un facteur non négligeable.

Impact du typhon Bopha sur la ville de Bataan, dans la vallée de Compostela, sur l'île de Mindanao. Plus de 230 personnes sont mortes dans cette région.
Impact du typhon Bopha sur la ville de Bataan, dans la vallée de Compostela, sur l'île de Mindanao. Plus de 230 personnes sont mortes dans cette région. © @khalidkhan, Twitter

Changement climatique anthropique versus variabilité naturelle

En climatologie, la « science de l’attribution » est une branche en plein essor. Compte tenu de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, les climatologues essaient de plus en plus de dissocier la réponse du climat à l’activité humaine de celle de la variabilité climatique naturelle (comme les événements El Niño par exemple). Mais la tâche est complexe, le système climatique n’est pas linéaire et l’effet anthropique peut modifier la variabilité naturelle.

Dans son rapport, l’AMS se focalise sur certains événements de l’année 2012. Elle compare différentes études parues sur quatre événements particuliers : la sécheresse des États-Unis, la fonte exceptionnelle de l’Arctique, les inondations en Australie et l’été humide qu’a connu le nord de l’Europe. Toutes ces études utilisent différentes méthodes, et l’attribution des événements peut donc différer. Ainsi comparer ces études éclaire sur la fiabilité avec laquelle on peut attribuer un événement au changement climatique anthropique.

Courant-jet, Enso… les phénomènes naturels sont-ils modifiés ?

En septembre 2012, la banquise Arctique ne faisait que 3,4 millions de km2. C’est son record le plus bas jamais enregistré. Les études ont évalué l’influence de trois principaux facteurs : des conditions anticycloniques anormales, résultant de la modification du courant-jet, l’amincissement de la banquise liée aux fontes précédentes et la tempête estivale qui a balayé la banquise. L’AMS conclut à une forte influence du réchauffement climatique anthropique sur cette fonte exceptionnelle. Le réchauffement anormal de l’atmosphère, ainsi que l’amincissement de la banquise sont semble-t-il les principaux facteurs expliquant l’accélération de fonte de l’Arctique. Mais on peut modérer ce constat : la modification du courant-jet est-elle clairement associée au changement climatique ? Difficile de répondre avec certitude.

Autre événement complexe : les pluies diluviennes qu’a connues l’Australie. L’intense régime de précipitation a été attribué à la puissante phase La Niña qui s’est installée à la fin de l’année 2011. Toutefois, certaines études mentionnent que si les conditions humides ont tant persisté sur l’île, c’est aussi en réponse à l’augmentation de température de l’océan au nord de l’Australie. Ce réchauffement, lié à l’activité anthropique, pourrait avoir dégagé une grande quantité de chaleur latente, et amplifié les conditions humides de l’île. Là encore, difficile de dissocier l’influence de chacun des paramètres.

L’activité cyclonique amplifiée ?

Dans le cas de l’ouragan Sandy, la question est encore plus complexe. Survenue à la fin de la saison des cyclones, Sandy a percuté la côte est des États-Unis provoquant un phénomène de surcote historique. Doit-on l’attribuer au changement climatique ? Disons que oui et non. Le cyclone en lui-même n’était pas exceptionnel, mais s’est produit lors des grandes marées de l’Atlantique. C’est ce qui a engendré un tel phénomène de surcote. En revanche, ce qui étonnant, c’est la trajectoire qu’a suivie le cyclone. Il n’aurait pas dû stationner sur les terres, mais une incursion du front polaire aurait modifié sa trajectoire. Certains attribuent cette modification du courant atmosphérique comme une réponse à la fonte exceptionnelle de l’Arctique, et donc l’attribuent au changement climatique.

À ce jour donc, distinguer le forçage anthropique du naturel est un travail de Titan. Mais ce qui est de plus en plus certain, et qui se dessine déjà clairement dans ce rapport, c’est que le changement climatique, piloté par l’Homme, a été un facteur déterminant dans un certain nombre d’événements extrêmes de l’année 2012. L’influence humaine, nous dit ce rapport de l'AMS, augmente le risque de ce type de phénomènes.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires